19/03/2010

Franchement, que cela reste entre nous, mais...

Ca me tr... un peu le c.. de penser que, si Anderlecht avait hier bénéficié du cinquième de la chance que le Standard a eu, ils n'auraient fait qu'une bouchée de Hambourg.
Et franchement, franchement, ils ont vraiment un cerveau, les supporters du Standard?
S'ils en ont un, pourquoi ovationnent-ils un joueur (Mbokami) qui vient de leur dire qu'il ne souhaite qu'une seule chose : les quitter le plus vite possible?

11:26 Écrit par aldagor vous donne le micro. dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Bah, on va pouvoir juger sur pièce à adversaire égal, puisque les Liégeois se refarcissent le même adversaire et dans le même ordre ! Cela dit, la charnière centrale (et même les arrières latéraux) de Hambourg, c'est du germanique, c'est-à-dire puissant mais lourd et lent. Et franchement, se prendre 5 buts en coupe d'Europe, je ne serais pas fier. Quant à la chance, je ne sais pas, je n'ai pas vu le match du Standard. Par contre, que la banane de Touré n'entre pas à la 47e, ce n'est pas de la chance, c'est le rôle des Allemands, quels qu'ils soient, d'empêcher le ballon d'aller dans les filets, même sur la ligne.

Écrit par : Pacotille | 19/03/2010

... Tu veux dire celle de Kouyaté? En effet, c'était d'autant moins de chance que le joueur allemand n'aurait plus dû être sur sa ligne, mais à deux mètres de là à surveiller les deux anderlechtois laissés totalement seuls. Il quittait la ligne pour aller sur eux, comme il eut du le faire et on avait Anderlecht - Standard en quart.
Toujours à propos du standard, non seulement ils se payent les lents et prenables teutons en quart, mais ils iraient à Fulham ou Wolfsbourg en demi! Cocus qu'ils sont, je le dis!

Écrit par : aldagor | 19/03/2010

Oui, sorry, Kouyaté - ils ont tous des noms qui se ressemblent. Enfin, bon, je n'ai pas mis Jonathan Mulolo, non plus, hein... Cela dit, Fulham, Wolfsburg ou Hambourg, à ce stade de la compèt, faut tout de même se les farcir. Je dis toujours qu'en sport, rien n'est ni gagné, ni perdu d'avance et qu'on joue jusqu'au coup de sifflet final. Comme le disait le vénérable André Remy jeudi, remember Antwerp-Vitosha Sofia je ne sais plus en quelle année ('88-89 ?)....

Écrit par : Pacotille | 22/03/2010

... C'est pas rémy qui l'a dit, c'est le nul qui l'accompagne et dont je me demande s'il était né à cette époque là :)

Écrit par : aldagor | 22/03/2010

Les commentaires sont fermés.