15/03/2010

beeerk

Pendant deux jours, aldagor se retrouve dans une salle pleine de journalistes. Va-t-il tenir le coup face à tant de bêtises crasses?
En tout cas, ça le conforte dans sa vision, qu'il croyait manichéenne, de cette profession : quelle prétention ! Quelle incapacité de se remettre en question !
Le quatrième pouvoir (qui n'en est pas un, puisqu'il est à la solde des entreprises) a disparu...

12:45 Écrit par aldagor vous donne le micro. dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Je n'ai jamais considéré les médias comme un 4e pouvoir - trop "corrompus" (affidés à tel ou tel groupe politique, les uns équilibrant les autres), trop nombrilistes, trop "pré carré"; par contre, je trouve que la qualité rédactionnelle des médias écrits chute dans des tréfonds jamais égalés, qu'il s'agisse du fond (pauvrissime) comme de la forme (il devient difficile d'encore trouver trois phrases alignées sans une faute... Et chez certains, cela frise l'overdose, c'est par paniers entiers qu'on les déniche au détour d'un mot. Je sais qu'on est à la période de Pâques mais "chasse aux oeufs" ne signifie pas "traque à la coquille" !). J'en viens même à préférer le rédactionnel des périodiques (hebdos, mensuels) qui, en principe, ne subit pas la délicate problématique de l'urgence. Ou à privilégier la presse française qui, comme pour les routes, à défaut d'être blanche comme neige, est tout de même d'une autre tenue que nos pâles pisse-copie à la belge.

Écrit par : Pacotille | 15/03/2010

Les commentaires sont fermés.